Je dois dire que je n'aime pas du tout lire le genre de mail que j'ai reçu ce soir et que je vous mets en copie ci-dessous... Surtout quand on sait que nous n'avions PAS DE STAND sur le salon en question ! 

"Bonsoir, Dimanche, au salon CSF à Paris, je voulais acheter le kit pour faire le châle à godets que vous aviez exposé sur votre stand. Vous n'aviez plus la laine changeante pour le réaliser mais vous m'avez vendu 6€ la fiche pour le réaliser. Je viens de voir sur le blog que cette fiche était en accès gratuit dans les tutos rigolos. Je trouve que cette pratique n'est pas commerciale, ni sympa. Je m'en souviendrai. Cordialement"

Cela veut donc dire que quelqu'un se permet de vendre un modèle que nous avons créé et que nous offrons en téléchargement gratuit. Du coup, je comprends tout à fait la le sentiment de cette cliente de s'être faite avoir, et je suis clairement furax

Le châle à godet... la suite : Après avoir contacté la boutique qui tenait ce stand, j'ai reçu ce mail d'excuses

"Bonsoir Madame,

Votre question et votre réaction sont tout à fait justifiées et je m’empresse d’y répondre. Il s’agit d’une regrettable erreur de notre part ; cette fiche n’était pas à vendre, elle était offerte avec l’achat de la pelote de Kid Silk Haze Stripe dans laquelle nous avions tricoté le modèle.

Ayant effectivement trouvé ce modèle gratuitement sur votre blog, je me suis permise de l’utiliser en citant bien son origine, et l’ai présenté sur mon stand au dernier Création et Savoir- Faire. Nous sommes tombés en rupture de la laine concernée dimanche. Ce n’est pas moi qui ait servi la cliente mais ma collègue et ayant des fiches de tricot (dont j’ai moi-même mis les modèles au point) à vendre, elle n’a pas fait attention et a commis l’erreur de vendre la fiche. La cliente sera, bien évidemment, remboursée au plus vite.

Il me semble que si j’avais voulu « me faire de l’argent sur le dos des autres » comme me l’a reproché la cliente (sans d’ailleurs envisager la possibilité d’une erreur de notre part) j’aurais eu l’intelligence de ne pas citer la source.

Je suis sincèrement désolée de ce fâcheux incident et vous demande de croire qu’il n’y avait aucune intention malhonnête de ma part. Je suis moi-même créatrice de modèles, surtout en patch, et il hors de question que je m’abaisse à piller mes collègues ou à adhérer à ce procédé.

En comptant sur votre compréhension et votre indulgence,

Bien cordialement"

En ce qui me concerne l'affaire est donc close.